Archive | Non classé RSS feed for this section

Je déménage!

1 Mar

 

Je me sentais un peu à l’étroit dans ce petit deux pièces en location,  alors j’ai décidé de me lancer, j’ai pris un crédit sur 30 ans et je suis devenue l’heureuse propriétaire d’un joli pavillon.

Ma nouvelle adresse? http://www.devinequivientbloguer.fr

N’hésitez pas à me rendre une petite visite, mais faites attention où vous mettez les pieds, je suis encore en plein travaux!

Publicités

« J’élève mon enfant de façon neutre, ni fille ni garçon »

9 Déc

Curieux témoignage dans le Grazia de cette semaine d’une maman suédoise, Malin Björn, qui a décidé d’élever son enfant de façon neutre, de le soustraire autant que possible  à cette pression sociale qui range les humains dans deux cases bien distinctes dès leur naissance, H/F.  Maman d’un enfant de 18 mois, elle lui a donné un prénom mixte, l’habille indifféremment avec des vêtements masculins ou féminins, un jour en robe, le lendemain avec un T-shirt orné d’un dinosaure, lui offre aussi bien des poupées que des petites voitures, a décoré sa chambre dans des tons neutres. Rien de bien choquant dans tout cela jusqu’ici, mais l’expérience devient plus insolite quand on sait que la maman refuse de dévoiler le sexe de l’enfant,  seuls quelques proches étant dans la confidence (en gros ceux qui changent sa couche).

« Ce que je veux, c’est lui offrir toutes les options possibles, pour que Charlie soit guidé par ses désirs et sa curiosité, et pas parce qu’en attend la société« . (…) Si personne ne connaît le sexe de mon enfant, impossible de le discriminer ou de lui imposer un comportement« . Elle souhaite ainsi démontrer  que l’attitude des enfants est souvent guidée  par un mécanisme social plus que par des prédispositions génétiques. D’après son témoignage, peu de gens semblent comprendre sa démarche, au mieux ils trouvent ça déconcertant, au pire certains vont jusqu’à parler de maltraitance, craignant que l’enfant ne rencontre des troubles de l’identité. J’ai moi-même ressenti un certain malaise en lisant cet article, mais c’est surtout l’idée d’utiliser ainsi son enfant pour une expérience qui me dérange. Même si Malin Björn  se défend d’utiliser son enfant comme cobaye, et considère qu’il s’agit plus d’une expérience sur la société que sur l’enfant lui même.

C’est en tous cas un témoignage qui m’a interpellé, à quelques jours de mon accouchement , car j’avoue tout, la commode de ma fille déborde de petites robes , de vêtements roses, de cœurs, de fées, de fleurs et de papillons! Mais surtout en feuilletant les catalogues de jouets  qui s’entassent dans nos boîtes aux lettres en ce moment,  il est navrant de se rendre compte que certains préjugés ont encore de beaux jours devant eux: Mademoiselle fait le ménage pendant que Mini-man bricole…